Fin du Festival Jazz à Carthage et remerciements

Sa Majesté Jazz à Carthage by Tunisiana VIII n’est plus, vive le Roi.

Cette édition fut un grand succès populaire avec Imany, Electro Deluxe, China Moses, le Golden Gate Quartet, qui remplaçait Peter Cincotti au gospel levé, Salsa Ilegal, et pour beaucoup la révélation Aczent avec Yasmine Azaiez.
Et aussi de talentueux artistes Tunisiens, comme Yacine Boulares, Mohamed-Ali Kammoun et Sound Painting Project.

Qu’il nous soit permis de rendre hommage à l’âme de ce festival, j’ai nommé Mr Mourad Mathari. Organiser un évènement d’un tel rayonnement n’est pas chose facile dans un climat général tendu et surtout de s’en sortir avec les honneurs.

Il convient aussi de remercier toute son équipe de Scoop Organisation, qui avec compétence et gentillesse, sut rendre le travail des nombreux journalistes présents, locaux et internationaux, plus facile.

Très important, les qualités humaines de tous firent que l’on se sentait « comme à la maison».

Et, qu’on se le dise, les plus belle filles de Tunis étaient toutes là !

Michel Delorme